mardi 9 septembre 2014

Rythmes scolaires : clichés et contre-vérités passés au crible

Rentrée 2014 : la réforme des rythmes scolaires concerne donc tous les écoliers, à de rares exceptions près. Si une poignée d’irréductibles élus frondeurs ont fait les gros titres des médias au cours de la semaine de rentrée, la vaste majorité des collectivités territoriales s’efforcent de se conformer au cadre des deux décrets. Mais le débat n'est pas clos, victime de clichés et contre-vérités. Nous les avons passé au crible.

Les coûts de la réforme

La réforme représente un coût pour les collectivités : Vrai.

La mise en place d’activités périscolaires ou péri-éducatives pendant 3 heures supplémentaires représente un coût annuel variant entre 660 millions d’euros selon le Comité des finances locales et un milliard d’euros selon l’ Association des maires de France et la mission d’information sur les rythmes scolaires du Sénat.
L’AMF estime que le coût médian de mise en place de trois heures d’activités périscolaires s’élève à plus de 150 euros par enfant et par an.
Mais, corrélé aux politiques éducatives locales de chaque commune, ainsi qu’aux équipements et ressources propres à chaque territoire, le coût oscille considérablement d’une commune à l’autre : 125,5 euros par enfant à Cergy, mais 323 euros par enfant à Roubaix, par exemple.
Une chose est sûre : moins la commune disposait d’équipements ou d’accueils périscolaires avant la réforme, plus le coût s’alourdit.

Les collectivités reçoivent des aides pour mettre la réforme en place  : Vrai

La réforme représente un coût pour les familles : Vrai

Les cours sont obligatoires le mercredi matin ; Vrai  (mais...)

Les communes ont l’obligation d’organiser des activités périscolaires après les cours : Faux

La réforme pose des problèmes d’organisation aux collectivités : Vrai

L’organisation adoptée pour la rentrée 2014 est immuable : Faux

La semaine de 4 jours convient mieux aux enfants : Faux.

Les enfants qui ont expérimenté la réforme en 2013 ont connu une fatigue accrue : Vrai

Il manque des animateurs pour assurer des TAP de qualité : Vrai.

La réforme des rythmes est acceptée par les parents : Vrai et faux.

La réforme des rythmes est rejetée par les enseignants : Vrai et faux.

La réforme des rythmes est acceptée par les animateurs : Vrai et faux.

La réforme des rythmes est acceptée par les communes : Vrai et faux.

Un maire peut s’abstenir d’appliquer la réforme des rythmes scolaires : Faux.

La réforme a débouché sur la valorisation des animateurs : Faux.

Il manque un « leadership » de la réforme des rythmes scolaires : Vrai.

Les assouplissements de la réforme ont dénaturé l’esprit impulsé par Vincent Peillon : Vrai.


Retrouvez tous les détails et explications sur La Gazette des Communes : http://www.lagazettedescommunes.com/262636/rythmes-scolaires-cliches-et-contre-verites-passes-au-crible/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire