vendredi 5 septembre 2014

RYTHMES SCOLAIRES « ÇA NE PASSE PAS » POUR LE SNUIPP Marseille

Charge de travail supplémentaire et conditions dégradées, le constat du SNUIPP-FSU, syndicat majoritaire en écoles maternelles et primaires, est sévère pour cette rentrée 2014. Evidemment la réforme des rythmes scolaires est au coeur des revendications. « Si on veut faire l’historique, on peut que la question de ces rythmes n’était pas prioritaire. On l’a toujours dit à Vincent Peillon. Si vraiment le Ministre voulait aider l’école, il fallait baisser les effectifs par classe et donc embaucher des enseignants » indique le SNUIPP.
Mais la réforme est passée, par décret, et aujourd’hui son organisation est chaotique. Sur les 116 écoles primaires du département, il existe une cinquantaine d’organisations différentes avec des moyens financiers inégaux. « Le risque est qu’il y ait une rupture de l’égalité dans l’éducation nationale » souffle Christophe Doré, le secrétaire du SNUIPP 13. Evidemment, tous les regards se portent sur Marseille, ville aux moyens limités mais qui concentrent 40% des élèves de primaires. La déclaration de Jean-Claude Gaudin mardi (voir ici chez nos confrères de Marsactu.fr) n’a pas laissé indifférent les enseignants. « Jean-Claude Gaudin s’est révélé mardi en indiquant aux parents qu’il faudrait s’occuper de leurs enfants au lieu de manifester. Il refuse de s’engager pour l’éducation quand bien même il indique que c’est ça priorité. Et ce n’est pas nouveau. Il faut voir l’état de certaines écoles« .
Mais concrètement qu’est ce ça change pour les profs cette réforme des rythmes scolaires? Principalement une augmentation du...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire