samedi 11 octobre 2014

Rythmes scolaires: le Rectorat annonce la première tenue du groupe de suivi

Alors que le conseil municipal de Marseille (1) vote en ce moment des délibérations  portant régularisation de la collectivité sur certains aspects (en particulier la rémunération des associations en charge de ce péri scolaire), le rectorat Aix-Marseille annonce  la première réunion du  groupe  de suivi de la mise en oeuvre et de l’évaluation des expérimentations.
(1)   http://www.provenceducation.com/?p=27834
« Lors de sa première séance, le 1er octobre 2014, le groupe académique a travaillé sur les critères d’analyse départementaux des activités périscolaires (quantitatifs et qualitatifs) qui permettront de conduire les évaluations durant l’année scolaire 2014-2015. Une attention toute particulière a été portée au suivi de la mise en place des projets éducatifs territoriaux (PEDT), qui associent à la collectivité l’ensemble des acteurs intervenant dans le domaine de l’éducation (administrations concernées de l’État, conseils d’école, associations et mouvements d’éducation populaire, institutions culturelles, artistiques et sportives). ».  On sait que si les Projets d’Organisation du Temps Scolaire (POTS), étape désormais accomplie, est du ressort exclusif de l’Etat, sa capacité d’intervention est moindre sur les PEDT. La circulaire de mars 2013 est claire, « l’initiative doit venir de la collectivité ».
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=70631
Le recteur Ali Saïb a souvent répété dans les épisodes successifs en particulier quand ils étaient conflictuels avec la ville de Marseille que le péri scolaire était compétence des collectivités, le texte originel  parfois angélique rêvait d’une collaboration idéale entre les  intervenants. Les vagues successives de contestation de cette réforme, qui a et continue à diviser dans des proportions non mesurées actuellement, atteste qu’une séparation claire des pouvoirs  et des responsabilités est une autre façon de faire de la politique éducative qu’un régime de compétences partagées très conflictuel,  ponctué par le sentiment de certains (les collectivités d’avoir été contraintes et forcées en particulier dans le financement.
Si la formule de comité  de suivi, ouvert à tous les partenaires, a été mise en place à tous les niveaux pour dispenser un regard propre dit de concertation sur cette réforme, le groupe de travail  évoqué par le communiqué, est  d’essence administrative, technique ou  technocratique selon les interprétations. Présidé par le recteur, il est composé des quatre inspecteurs d’académie-directeurs, des inspecteurs de l’éducation nationale adjoints en charge du premier degré des quatre départements,   des autorités de la préfecture en charge de la politique de la ville, des directeurs départementaux de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale.  « Ce groupe précise les...
Suite de l'article sur Provence Education.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire