mercredi 22 octobre 2014

Rythmes scolaires. « Bien mais... », juge le chronobiologiste F. Testu

François Testu, spécialiste des rythmes de l'enfant, salue la généralisation de la semaine de 4,5 jours. Mais il insiste sur les activités d'enseignement le vendredi.

L'Ortej, observatoire des rythmes et des temps de vie des enfants et des jeunes, « tient à faire part de sa satisfaction de constater, d'une part, que dans la majorité des écoles de France, les enseignements se répartissent sur 9 demi-journées et, d'autre part, que les journées sont « dédensifiées » », écrit son président François Testu.
Ancien enseignant, professeur d'université spécialiste des rythmes de l'enfant, il était et demeure un fervent partisan de cette semaine de quatre jours et demi à l'école maternelle et primaire. « Les rythmes de l'enfant sont mieux respectés et l'efficacité des enseignements est renforcée. Seules des évaluations objectives confirmeront (ou infirmeront) cette hypothèse », ajoute-t-il.
Après l'avoir défendue, François Testu, chronobiologiste, reconnait les limites de cette réforme des rythmes scolaires : il fallait limiter le long week-end, cette réforme ne le fait pas !

Éviter les longues coupures du week-end

Toutefois, le chronobiologiste insiste sur un point fondamental : « Le vendredi après-midi doit exclusivement être réservé aux enseignements. En effet, plus la coupure du week-end est longue, plus la reprise des apprentissages scolaires est difficile. De plus, si...


NDLR : 
Après l'avoir longtemps défendue, le chronobiologiste François Testu reconnait les limites de cette réforme : il fallait selon les chronobiologistes réduire le long week-end (samedi et dimanche entiers) mais cette réforme ne le permet pas (sauf sur dérogation) : le décret Peillon ne change rien, le décret Hamon aggrave la situation ! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire