mardi 24 juin 2014

Marseille : rythmesscolaires: Il n’y aura plus d’école le vendredi après-midi

259 conseils d’écoles sur 444 se sont exprimés en faveur du regroupement des activités.

Une majorité de conseils d’écoles s’est prononcée pour le regroupement des activés périscolaires le vendredi après-midi, en compensation du mercredi matin travaillé qui deviendrait temps scolaire. « Les résultats ont été déposés bien avant midi et nous attendons une réponse du rectorat », a indiqué hier l’adjointe au maire de Marseille UMP en charge des écoles, Danièle Casanova. Une tendance large va vers les regroupements des activités périscolaires le vendredi après-midi. Dans le détail 259 conseils d’écoles se sont prononcées pour le vendredi. 34 ont fait le choix de l’hypothèse qui consistait à placer les activités périscolaires entre 15h45 et 16h30 et enfin 33 ont refusé de prendre part au vote. La consultation qui a été lancée dans un laps de temps record a recueilli l’expression de 336 écoles sur les 444 que compte la ville. « C’est une étape primordiale » a assuré l’élue. « Nous allons pouvoir mettre en place des activités avec les associations par quartier, en utilisant de préférence les associations qui gravitent autour des écoles ». Les activités nautiques ne sont pas non plus oubliées. La ville envisagerait même de faire basculer toutes les activités, y compris celles qui se déroulent dans le cadre de l’école vers le vendredi. « Avec la bénédiction de l’académie », tient à préciser la conseillère municipale, qui a dit son empressement pour que s’organise la rentrée des élèves. En ce qui concerne les personnels, le secrétaire général de la mairie doit rencontrer les représentants des différentes organisations syndicales dès la semaine prochaine.

Quelle sera réellement la valeur de cette consultation, quand depuis le début des voix se sont élevées pour en contester la nature. Vendredi dernier, la municipalité engagée dans un bras de fer avec le ministère de l’éducation avait formulé un plan B (dans le cadre dérogatoire du décret Hamon) comprenant le regroupement des activités le vendredi après-midi.
« Tout ce que l’on craint, c’est qu’il n’y ait pas d’activités, parce qu’il n’y a pas de projet », s’alarme Séverine Gil de la coordination des parents du 13. « La ville ne parviendra pas à mobiliser des animateurs à la rentrée. La seule solution consistera à...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire